Accueil / Appels d'offres / Consultation pour l’Evaluation d’un modèle d’entreprenariat social : Cas du Complexe socio-économique Lalla Fatima Zahra Azizia

Consultation pour l’Evaluation d’un modèle d’entreprenariat social : Cas du Complexe socio-économique Lalla Fatima Zahra Azizia

I.CONTEXTE

L’Association Marocaine de Planification Familiale (AMPF) est une Organisation Non Gouvernementale à but non lucratif, fondée selon les principes du volontariat et créée en 1971 . L’AMPF est sous la présidence d’honneur de Son ALTESSE ROYALE LALLA Meryem et la présidence effective de Dr. Zahara Meziane Ammor avec un conseil national, un comité exécutif national et 7 comités régionaux dont un à Fès. Elle est reconnue d’utilité publique et membre de la Fédération Internationale de Planification Familiale (IPPF), depuis 1972.

Parmi ses missions, l’AMPF œuvre à faire promouvoir les droits humains fondamentaux des femmes, des jeunes et des hommes. Elle cherche à améliorer la qualité de vie des individus, la santé sexuelle et reproductive y compris la promotion de l’approche genre, par le plaidoyer et la prestation de services, plus particulièrement en faveur des personnes vulnérables et démunis.

Dans le cadre de sa pérennisation, l’AMPF a élaboré une stratégie de mobilisation des ressources, plusieurs activités ont été développées et renforcées, notamment la mise en place d’un complexe social ‘’Lalla Fatima Zahra Azizia, (LFZA) à Fès. La mission de ce complexe est de contribuer à promouvoir des activités intégrées en santé sexuelle et reproductive notamment en faveur des femmes et des jeunes et de développer des projets pour leur autonomisation économique, ce afin d’assurer des actions de proximité pour assurer un développement durable, inclusif et équitable de la population.

  1. DESCRIPTION DU COMPLEXE SOCIAL LFZA

Le complexe social est situé dans la commune urbaine Jnane El Ward à Fès et implanté dans un quartier populaire Sahrij Gnaoua, situé au Sud Est de la ville de Fès, ancien bidonville restructuré. Les activités du complexe ont été lancées en Mars 2006. Une étude de faisabilité a été réalisée auprès de la population du quartier, a fait ressortir le besoin imminent en termes d’activité socio-éducatives, économiques, et sanitaires exprimé par la population de ce quartier nouvellement crée et dont la population totale de la commune urbaine Jnane El ward est de 140 000 habitants (Commune Jnan El ward, 2008). Sur cette base, l’Association Marocaine de Planification familiale en partenariat avec l’association FISA Maghreb ont œuvré pour concrétiser la mise en place de ce complexe à vocation sociale Lalla Fatima Zahra Azizia au niveau de ce quartier nouvellement créé.

1.Hammam – Espace d’Information, Education et Communication (IEC) :

L’espace Hammam est doté d’un système photovoltaïque, avec un apport de Gaz.

Le Hammam a plusieurs vocations, en tant qu’espace de rencontre et d’échanges pour les femmes et les hommes, mais également en termes d’opportunité pour transmettre des messages éducatifs sur des thématiques notamment en rapport avec la santé sexuelle et reproductive : planification familiale, de nuptialité, prévention des IST-VIH/sida, dépistage précoce du cancer de sein et du col de l’utérus, violence basée sur le genre, statut de la femme, etc.

  1. Centre de Santé Sexuelle et Reproductive :

Le point de prestation de service (PPS) de santé sexuelle et reproductive (SSR) dispose de trois salles de consultations médicales (deux au rez-de-chaussée et une à l’étage), deux salles d’attente ,des sanitaires, une salle de réunion, et une salle de la prévention de l’infection.

3.Centre convivial pour jeunes:

Ce centre est constitué de plusieurs espaces :

  • Une salle pour les activités de counseling;
  • Une salle consacrée aux consultations pour les jeunes ;
  • Une salle réséervée à des activités de créativité du comité de jeunes.

Ce centre offre un espace convivial où 80 jeunes peuvent réaliser toutes leurs activités sous la supervision d’un comité de jeunes leaders. Ces activités d’information et de sensibilisation peuvent être réalisées aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur auprès de d’autres jeunes du quartier sur leurs droits en SSR…etc.

4.Centre d’éducation non formelle, pour la lutte contre le travail des enfants et le travail des petites filles domestiques:

Le complexe Lalla Fatima Zahra Azizia ( LFZA) dispose également d’une salle des cours pour l’éducation non formelle dispensées aux enfants en abandon scolaire. Les enfants sont retirés du travail artisanal ou domestique et sont intégrés dans le centre pour suivre une éducation/formation pendant une année, avant leur réintégration dans le système national d’éducation formelle. Il dispose également d’une salle pour travaux manuels de dessin su ver.

5.Centres /Ecoles de formation professionnelle :

Le complexe dispose d’un espace socio-culturel pour le développement durable qui comprend trois unités de formation professionnelle des jeunes des deux sexes, en matière de :

  • hôtellerie et art culinaire (dotée de locaux pour l’initiation et la formation pratique au niveau de la Pâtisserie ;
  • coupe/couture pour jeunes filles et femmes du quartier Sehrij gnaoua
  • coiffure et d’esthétique ;
  • Un espace de vente de produits de beauté.

6.Espace du tissu/acteurs associatifs :

L’AMPF a signé des conventions de partenariat pour l’organisation des activités communes avec d’autres ONG pour qui elle a mis à leurs disposition un espace pour les activités.

 

  1. Café du quartier :

Le complexe dispose d’un café destiné aux habitants du quartier qui accompagnent leurs femmes, mamans, enfants, voisins pour des consultations et qui sert en même temps d’espace de rencontre et d’attente des accompagnants.

 

III. OBJECTIFS DE L’EVALUATION

 

Les objectifs spécifiques de l’évaluation sont :

  1. Etudier le contexte juridique de législatif de l’entreprenariat social au Maroc.
  2. Évaluer le complexe Lalla Fatima Zahra Azizia en tant que structure pouvant suggérer un modèle d’entreprise sociale sur la base de critères que l’évaluateur/trice coordonnera avec l’AMPF (pertinence, efficience, appropriation, efficacité, appropriation/pérennisation) ;
  3. Identifier une stratégie de commercialisation des produits réalisés par les unités/centres de formation professionnelle et d’apprentissage du complexe ;
  4. Etablir des recommandations opérationnelles sur la base des résultats de l’évaluation en vue d’étudier la possibilité de dupliquer un modèle d’entreprise sociale au niveau de deux autres centres  de l’AMPF : ALhoceima et Larache.

 

  1. METHODOLOGIE DE L’EVALUATION

 

Cette évaluation comporte 3 parties majeures :

 

L’évaluation qui sera menée permettra de répondre aux aspects de développement socio-économiques et sanitaires du complexe Lalla Fatima Zahra Azizia, en relation avec les critères suivants : pertinence, efficience, appropriation, efficacité, appropriation/pérennisation.

Cette évaluation prendra en considération quatre parties majeures :

  • Une analyse du contexte juridique de l’entreprenariat social au Maroc : textes juridiques, lois, projets iinités…etc.
  1. II) Une partie d’analyse quantitative et qualitative des activités du complexe LFZA sur la base de toutes les sources d’information pertinentes : rapports, documents, plans d’actions, contexte socio-démographique et culturel du quartier, interviews, personnes ressources, et de tous autres documents susceptibles d’apporter des informations pertinentes sur le complexe selon des critéres d’évaluation  identifiés en accord avec l’AMPF ;

(iii) Une partie d’étude de marché et d’analyse des opportunités existantes et potentielles  du complexe pour la commercialisation des produits fournis par les apprentis des ateleirs de formation professionnelle existants dans le centre afin de leur permettre une ressource financiére viable pour la gestion et la maintenace des unités de formation et d’apprentissage.

(iv) Une partie proposant une étude de faisabilité afin de dupliquer  un modèle d’entreprise sociale au niveau de deux  espaces de l’AMPF, situés à Elhoucima et Larache.

 

  1. QUALIFICATION DE L’EVALUATEUR

L’évaluateur/ trice doit avoir :

  • une connaissance et une expérience confirmées des méthodes d’évaluation, de collecte et analyse de données quantitatives et qualitatives dans le domaine de la recherche sociale en général et dans le domaine des droits humains des femmes (notamment autonomisation économiques des femmes et des jeunes) en particulier.
  • Une bonne connaissance des activités génératrices de revenu et de l’économie sociale et solidaire.
  • Une bonne connaissance du contexte législatif réglementaire de l’entreprenariat social au Maroc.
  • Des capacités affirmées en matière de développement humain durable intégrant l’approche genre et droits humains
  • Une bonne connaissance de l’arabe et du français, excellentes capacités rédactionnelles en français et en arabe.

 

 

  1. PRINCIPALES TACHES DE L’EVALUATEUR/TRICE

 

  • Procéder à une revue et analyse de la documentation en lien avec l’objet de l’évaluation ;
  • Evaluer le cadre institutionnel et organisationnel du LFZA et la stratégie adoptée pour sa mise en œuvre ;
  • Effectuer des visites de terrain (sites) pour s’entretenir avec les gestionnaires du centre Lalla Fatima Zahra Azizia, les bénéficiaires au sujet du processus et résultats ;
  • Faire une évaluation quantitative et qualitative des réalisations du complexe ;
  • Faire une évaluation par composante dispensée (pertinence, profils des bénéficiaires, acquis, contraintes…) ;
  • Identifier les nouveaux besoins en fonction des composantes  socio économique et le processus de commercialisation de leurs produits;
  • Identifier les points forts, les opportunités et les contraintes rencontrées en fonction des résultats attendus ;
  • Produire des recommandations opérationnelles et une proposition de schéma « modélisation » à reproduire.

 

VII.PRODUIT/LIVRABLE

 

Le produit de cette évaluation se résume comme suit :

  • Une note méthodologique préliminaire validée par le comité de suivi ;
  • Un rapport préliminaire incluant les composantes décrites ci-dessous ;
  • Un rapport final effectué selon les recommandations émises au rapport final ;
  • Des annexes :

Une liste des contacts ayant fait partie de cette recherche ;

Le questionnaire, et/ou le résumé des interviews effectuées ;

  • Une présentation de l’évaluation à présenter au comité de suivi de cette évaluation.

 

VIII. Composantes du rapport

 

  • Une note méthodologique validée par le comité de suivi de l’AMPF
  • Un rapport global incluant :
  • Un rapport d’évaluation du complexe social de Sahrij Gnaoua incluant la vision du modèle socio-économique adopté  (points forts, points faibles, contraintes etc..; les résultats et conclusions de l’évaluation et les recommandations (annexe Principes directeurs) ;
  • Des rapports d’analyse de toutes les activités génératrices de revenu du complexe en terme social, économique, et environnemental :
  • les différentes unités/composantes de la formation professionnelle : l’atelier d’art culinaire, l’atelier de couture, l’atelier de coiffure, l’atelier de dessin su ver,
  • le point de prestation de service en SSR,
  • le Hammam,
  • le café,
  • Un rapport de l’étude de faisabilité pour dupliquer le modèle d’entreprise sociale du complexe LFLA au niveau de deux autres localités dont dispose l’Association au niveau d’Al-Hoceima et Larache

 

VIII. Lieu et Durée de la mission d’évaluation:

  • Lieu : Complexe Lalla Fatima Zahra Azizia/branche régionale Fès, Bureau central /AMPF et sites d’implantation futurs (Larache, Al Hoceima)
  • Durée : du 02 Fevrier au 30 Mars 2016

 

  1. Modalités de soumission

Les candidat(e)s sont invité(e)s à présenter, au plus tard, le 31 Janvier 2016 à [email protected] une offre comprenant :

Offre technique

  • Note méthodologique détaillée.
  • CV actualisé du consultant/de la consultante ou équipe d’évaluateurs
  • Attestations de réalisation de missions similaires
  • Plan de travail et calendrier d’exécution

 

Offre financière

  • Honoraires de la consultation en mentionnant le HT

 

NB : Les soumissionnaires peuvent être invité(e)s par l’AMPF à présenter et à commenter leur proposition devant une commission d’examen des offres.

 

PRINCIPES DIRECTEURS POUR L’ELABORATION DU RAPPORT DE L’EVALUATION

 

  1. Les renseignements suivants doivent apparaître clairement dans les premières pages du rapport :
  • Nom du sujet objet de l’évaluation ;
  • Date ;
  • Table des matières, y compris les annexes ;
  • Nom et l’organisation (des évaluateurs) ;

 

  1. Le rapport d’évaluation doit être précédé d’un résumé (deux à trois pages) présentant une synthèse des éléments de fond que contient le rapport d’évaluation. Pour faciliter la lecture, le résumé doit être succinct. Les informations qu’il présente doivent permettre au lecteur de comprendre sans peine les constatations, les recommandations et les enseignements tirés de l’évaluation. Le résumé doit comporter les éléments suivants :
  • Une brève description du sujet à évaluer;
  • Le contexte, la situation actuelle et une description du sujet ;
  • L’objet de l’évaluation;
  • Les objectifs de l’évaluation;
  • Les résultats attendus de l’évaluation ;
  • Une brève description de la méthode suivie, y compris les raisons qui ont déterminé le choix de cette méthode, la source des données utilisées, les méthodes utilisées pour la collecte et l’analyse des données, et les principales limites de l’évaluation;
  • Les principales constatations et conclusions ;
  • Les principales recommandations.

 

  1. Le sujet à évaluer décrit clairement l’importance, la portée et l’envergure du sujet à évaluer, une description des destinataires/des bénéficiaires et des parties prenantes, et les données budgétaires.

 

  1. L’objet de l’évaluation doit permettre de comprendre pourquoi l’évaluation est réalisée, comment elle sera utilisée et les décisions qui en seront la suite. Le contexte doit permettre de comprendre le cadre dans lequel l’évaluation a eu lieu.

 

  1. Le rapport d’évaluation doit expliquer les critères et pourquoi tel critère particulier n’a pas été retenu, ainsi que toute limitation qui peut s’appliquer aux critères retenus. Il doit aussi expliquer les règles de performance utilisées dans l’évaluation. La base sur laquelle s’appuient les jugements de valeur doit apparaître très clairement.

 

  1. Le rapport d’évaluation doit exposer clairement les objectifs de l’évaluation, ainsi que la portée de celle-ci. Les objectifs originaux de l’évaluation doivent être exposés, ainsi que tout changement qui aurait été apporté aux TDR de l’évaluation. La portée de l’évaluation doit être exposée. Il faut expliquer les questions originales posées dans le cadre de l’évaluation, ainsi que celles qui se seraient ajoutées en cours de réalisation. La méthode d’évaluation retenue doit être décrite de façon transparente, ainsi que les   limites qu’elle comporte.
  2. Le rapport d’évaluation doit présenter une description des aspects essentiels des méthodes retenues afin de permettre aux utilisateurs de l’évaluation de se faire une idée de la qualité des données. La description des méthodes doit comporter les éléments suivants :
  • Sources des données;
  • Description des méthodes de collecte et d’analyse des données ;
  • Description de l’échantillon des ménages choisis pour l’évaluation ;
  • Indicateurs et critères de référence, le cas échéant (indicateurs précédents, statistiques nationales, etc.);
  • Plan d’évaluation;
  • Principales limites.
  1. Il est nécessaire que les conclusions se fondent sur des constatations compatibles avec les données recueillies et les méthodes utilisées. Elles doivent donner une idée de l’identification et/ou des solutions pouvant être apportées aux problèmes ou aux questions importantes. Les conclusions doivent ajouter de la valeur aux constatations et s’attacher aux questions importantes pour le sujet à évaluer, telles qu’elles ressortent des objectifs d’évaluation et des questions clefs relatives à l’évaluation.
  2. Les recommandations doivent se baser sur les faits et l’analyse, être pertinentes et réalistes et indiquer les priorités à retenir. Le souci de la précision et de la crédibilité exige que les recommandations découlent logiquement des constatations et des conclusions. Il faut aussi qu’elles soient pertinentes par rapport au sujet à évaluer, au mandat et aux objectifs de l’évaluation. Elles doivent être formulées de façon claire et concise. En outre, elles doivent refléter un ordre de priorité, dans la mesure du possible.
  3. Les annexes doivent être complètes et pertinentes. Parmi les compléments d’information à faire apparaître dans les annexes doivent figurer les éléments ci-après :
  • Instruments de collecte des données ;
  • Liste des personnes interrogées et des lieux visités;
  • Mandat original de l’évaluation;
  • Liste des abréviations.