Accueil / Non classé / Compte rendu des discussion sur la lutte contre le travail des enfants

Compte rendu des discussion sur la lutte contre le travail des enfants

 

Le travail des enfants au Maroc, parlons-en !
Verion arabe
Premières réactions
Echanges
Eclairage
Petites bonnes
Des avancées ? Oui, mais…
BIT-IPEC/Maroc
Du concret !
Les sujets traités
Quelques ressources

Après un premier débat lancé sur la violence contre les femmes, de nombreux visiteurs du portail Tanmia.ma ont choisi de débattre du travail des enfants (http://dialogue.tanmia.ma/) . Une fois initié, ce débat a démarré sur les chapeaux de roue. Depuis son lancement le 1er mars jusqu’à sa clôture le 04 avril 2006, un sujet et plus de deux messages -en moyenne- ont été publiés quotidiennement. Le nombre d’inscrits a avoisiné 200 et celui des visiteurs actifs près de 2000.

Les internautes ont été exhortés à participer activement à l’enrichissement du débat à travers cet appel (rédigé en français et en arabe) :

Le travail des enfants au Maroc, parlons-en !

Ici, elles sont nos bonnes à tout faire. Là, elles sont également les bonnes à tout faire dans de petites fabriques artisanales de toutes sortes. Ailleurs, elles sont bergères, ramasseuses de bois… Par-ci, ils nous vendent des mouchoirs en papier, des bonbons, des chewing-gums… Par-là, ils viennent parfois porter nos couffins, cirer nos chaussures, laver nos pare-brises… En plusieurs endroits, ils sont souvent reclus dans la pénombre d’ateliers de menuiserie, de tannerie, de tôlerie, de réparation automobile… Elles et ils sont ces milliers d’enfants travailleurs au Maroc. Ces enfants que nous pouvons parfois croiser sur notre chemin sans qu’on daigne même les regarder en face. Ces enfants sont comme tous les enfants, sauf qu’ils ont eu la malchance de naître pauvre, de n’être que des enfants sans enfance.

Leur nombre dans tout le Maroc ? Des statistiques fort sommaires d’il y a six ans- estiment ces petits travailleurs à 600.000 (58% sont des garçons, 42% sont des filles (petites bonnes entre autres) et 87% des enfants travailleurs sont du milieu rural). La branche d’activité les occupant le plus est l’agriculture avec 84,4% (82% sont des garçons contre 87,7% des filles). Au cours de leur vie active précoce, quand ces enfants sans enfance perçoivent un salaire, il est insignifiant et ne leur profite que rarement. Pire, ils peuvent faire l’objet, dans le silence, de sévices sexuels, de violences, de maltraitances… Ces dernières années, des avancées sur le plan législatif ont été réalisées pour venir au secours des enfants travailleurs. Egalement, IPEC (le programme du bureau international du travail dédié à la lutte contre le travail des enfants) a permis de mener des actions pilotes pour s’attaquer au travail des enfants. Mais, il reste encore beaucoup à faire dans ce domaine.

Brisons donc le silence et débattons du travail des enfants qui mine notre société. Que pensez-vous, chers internautes, de ce fléau ? Quelles solutions proposeriez-vous pour en atténuer l’ampleur ? Pour donner vos avis ou pour régir aux avis exprimés par d’autres, veuillez vous inscrire sur notre forum. Le débat s’enrichira par votre participation. Merci.

Verion arabe

هنا نراهن تشتغلن كخادمات بيوت. هناك نراهن تعملن في صناعات تقليدية مختلفة. هنالك نراهن منشغلات برعي الغنم، بجمع الحطب… في بعض الأماكن، إنهم يبيعون لنا مناديل ورقية (كلينكس)، حلويات، علك… إنهم يحملون أيضا أثقالنا، يلمعون أحديتنا، يغسلون زجاج سياراتنا… في أماكن أخرى عدة، إنهم يعملون في ظلمة محلات النجارة، الجلد، الحدادة، تصليح السيارات… هؤلاء هن وهم من بين آلاف الأطفال الذين يشتلغون في المغرب. قد نمر بجانب هؤلاء الأطفال ونغض الطرف عنهم. إنهم أطفال ككل الأطفال، مكانهم الطبيعي في المدرسة. لكن، فقرهم وسوء حظهم فقط جعلهم يصبحون أطفالا بدون طفولة. كم عددهم في المغرب؟ حسب إحصائيات عامة تعود لستة سنوات، عدد العاملين الصغار يصل في المغرب إلى 600 ألف (58 من المائة منهم ذكور). أغلبيتهم يشتغلون في العالم القروي (87 بالمائة) في أنشطة فلاحية وزراعية. الأغلبية الساحقة منهم لا يستفيدون حتى من أجورهم الزهيدة. في السنوات الأخيرة، حققت إنجازات مهمة في المغرب لحماية هؤلاء الأطفال، خصوصا على المستوى القانوني. أيضا، بفضل التجارب التي قادها برنامج محاربة تشغيل الأطفال بالمغرب التابع للمكتب الدولي للشغل (BIT-IPEC/Maroc)، مبادرات عدة تم القيام بها بطريقة تشاركية بين هذا البرنامج، نقابات، مؤسسات حكومية و غير حكومية. لكن، تبقى كل المجهودات التي بذلت غير كافية… لنكسر إذا الصمت ولنتبادل الآراء حول معضلة تشغيل الأطفال التي يعاني منها المغرب. ما هو رأيكم في خطورة هذه المعضلة؟ ما هي الحلول الممكنة التي تقترحونها للحد من هذه الظاهرة؟ لإبداء آرائكم أو التعليق على آراء الآخرين، ندعوكم لتسجيل أنفسكم على هذه الصفحة. النقاش سيغنى بتدخلاتكم. شكرا للجميع

Premières réactions

Dès la mise en ligne de cet appel, les internautes n’ont pas tardé à réagir. Ils ont exprimé de nombreuses idées pratiques tout en condamnant unanimement l’exploitation des enfants au travail. Le témoignage, fort sincère, de l’un des intervenants (A. Harit) a créé une onde de choc. En voici quelques extraits : Le sujet actuel me plonge dans mon propre enfance. Si ma mémoire ne me fait défaut, j’ai du travailler entre une et deux années chez un tailleur traditionnel pour confectionner des djellabas. J’étais alors âgé entre 4 et 6 ans, obligé de vivre cette situation dont les causes étaient malheureusement la pauvreté… Ma mère était toute seule à s’occuper de la famille nombreuse que nous étions.

…On pouvait travailler jusqu’a 18 heures par jour. C’était inhumain… L’employeur et ses « esclaves » étaient tous des analphabètes vivants dans un monde à part. C’est pourquoi, ce débat est le bienvenu pour discuter le pourquoi du problème afin de trouver des solutions adéquates, comme la lutte contre l’analphabétisme, contre la pauvreté, pour l’acquisition des droits de l’homme et de la femme et le respect et l’intégrité de l’individu entre autres.

Echanges

Une longue discussion avait été animée autour des causes et des conséquences, toujours fâcheuses, du travail des enfants. Pointée du doigt, la pauvreté fut le mal le plus décrié. Pour y remédier, des internautes, nombreux, ont reconnu qu’il n’existe pas de solution miracle. D’autres se sont refusés de voir en la pauvreté une fatalité. Pour eux la justice sociale est un début de solution.

Eclairage

A travers différentes interventions, des internautes ont considéré que le travail des enfants est une opportunité pour l’apprentissage d’un métier. Mais, à ceux-là, d’autres intervenants ont répliqué qu’un enfant, généralement, n’apprend rien en travaillant. D’ailleurs, l’une des vidéos des enfants au travail l’a confirmé. On y voit un enfant balayer un atelier de menuiserie. Ce sont pareilles tâches qui sont le plus souvent dévolues aux « petits travailleurs ».

Petites bonnes

Bien entendu, la problématique des petites bonnes a été soulevée, avec insistance. Des voix, nombreuses, se sont élevée pour crier : « Haro sur l’esclavage des petites filles ! » En regard des avancées certaines réalisées par le Maroc sur le plan législatif, des intervenants ont réclamé l’entrée en vigueur, et surtout l’application, de la loi dédiée aux petites bonnes.

Des avancées ? Oui, mais…

De l’application des lois, il a été également question dans de nombreux messages : « Oui, il y a des lois au Maroc qui interdisent le travail des enfants de moins de 15 ans. Encore faut-il qu’elles soient scrupuleusement appliquées », répétait-on.

BIT-IPEC/Maroc

La première responsable du programme BIT-IPEC/Maroc, Malak Benchekroun, a enrichi le débat en montrant, d’après sa longue expérience, qu’il est possible de prévenir le fléau du travail des enfants, avant de le guérir. Dans cette perspective, les nombreuses actions pilotées par BIT-IPEC/Maroc montrent la voie.

Du concret !

Pour qu’il y ait davantage d’actions concrètes, un intervenant a lancé l’idée de créer une association, voire un regroupement d’ONGs, qui serait spécialisées dans la lutte contre le travail des enfants. D’autres intervenants se sont déclarés favorables à cette idée. Notre souhait, c’est de voir, de nombreuses actions concrètes éclorent sur la base de notre débat et des documents de référence d’IPEC-Maroc (Outil Scream, Guide…) que nous avons publiés…

Les sujets traités

Dans ce tableau, sont présentés les sujets qui ont suscité le plus de réactions avec un bref résumé sur leur contenu :

À propos Responsable de publication