Accueil / Non classé / Campagne agricole : Le plan vert

Après une campagne mi-figue mi-raisin pour l’arboriculture fruitière et le maraîchage, la saison prochaine s’annonce prometteuse pour toutes les filières phares, tels les agrumes, l’oléiculture, les cultures sucrières et l’élevage. Décryptage.

Campagne agricole : Le plan vert

 

Cultures sucrières : Hausse de la production

La couverture des besoins à partir des plantes sucrières a augmenté de 9 points à l’issue de la campagne 2012/2013. C’est l’effet de la bonne pluviométrie mais aussi de l’utilisation des intrants. Environ 75% de la superficie de betterave à sucre est mécanisée et utilise la semence mono-germe. Résultat, la production de la betterave est estimée à 2,2 millions de tonnes, soit 40% de plus que l’année précédente. Elle résulte d’une hausse de 20% des superficies et de l’amélioration de 8% des rendements. Quant à la récolte de la canne à sucre, elle est estimée à 560.000 tonnes contre 510.000 la campagne précédente. En plus du soutien à l’utilisation des intrants, l’application de la deuxième tranche de l’augmentation du prix de la betterave à sucre (35 DH/tonnes) a encouragé les agriculteurs à pratiquer cette culture. Cette augmentation s’ajoute à celle servie en 2011/2012 et qui a porté sur 45 DH/tonne. Sur les deux années, la canne à sucre a bénéficié de 50 DH/tonne. Cette culture est appelée à se développer compte tenu de l’aide qui sera octroyée dès la prochaine campagne au renouvellement des plantations. Il est prévu de lancer un programme annuel de 5.000 ha moyennant une subvention de 6.000 DH/ha.

L’olivier : une production en hausse de 30%

Après le repli de production, l’oléiculture devrait renouer avec la croissance. Le ministère de l’Agriculture table sur une production en hausse de 30% au titre de la campagne 2013/2014. Celle-ci ayant bénéficié de conditions climatiques favorables, en particulier les précipitations des mois de mars et d’avril. Valeur mi-juin 2013, l’état de la nouaison est jugée satisfaisant. A noter que les stocks du principal producteur et exportateur mondial, l’Espagne, affichent une baisse de près de 25% par rapport à la moyenne des quatre dernières années. Ce qui offre de bonnes opportunités d’exportation de l’huile d’olive marocaine. Cependant, en dépit de la baisse de production en 2012/13, les exportations de l’huile d’olive sont restées stables par rapport à l’année d’avant, soit 10.500 tonnes. En valeur, les sorties ont enregistré une amélioration de 18%.

Agrumes : Plus du tiers en 2013/2014

La prochaine campagne agrumicole s’annonce nettement meilleure à celle de 2012/2013. La production devrait augmenter de plus du tiers. Ceci, grâce aux conditions climatiques favorables. D’après le ministère de l’Agriculture, le suivi sur le terrain permet de constater une bonne nouaison des fruits. Et le constat est valable pour la plupart des régions de production. Même les nouveaux vergers enregistrent une entrée en production précoce. Mais le Souss reste la région qui devrait atteindre un record. Sa production va pratiquement doubler la saison prochaine après avoir accusé une chute de 42% en 2012/2013. Viandes rouges : 490.000 tonnes Le secteur de l’élevage a bénéficié de conditions climatiques très favorables, de la bonne production céréalière et d’un couvert végétal satisfaisant au niveau des principales zones de parcours. En effet, l’offre alimentaire se chiffre à près de 18 milliards d’unités fourragères. Ce qui se traduit en principe par une baisse des prix de l’alimentation du bétail. Baisse que le ministère estime à 10%. Cette situation favorable à l’élevage se manifeste également par le bon comportement du marché des animaux vifs dont les prix ont augmenté de 30% pour les ovins.

De même qu’il est prévu une croissance de 8 à 10% de la production laitière pour atteindre 2,8 milliards de litres. La croissance de la production laitière a été aussi le résultat des efforts d’amélioration génétiques du cheptel bovin par l’insémination artificielle et les importations des vaches de race pure dont l’effectif total importé depuis 2008 a atteint 90.000 têtes. S’ajoute aussi l’importation de jeunes taurillons destinés à l’engraissement. Au total, 40.000 jeunes veaux ont été importés depuis mars 2010. Ceci, grâce au gel des droits de douane et la baisse de TVA de 20 à 10%. Aussi, la filière de viandes rouges affiche-t-elle une croissance de 5% de la production par rapport à l’année précédente.

Céréalières : un nouveau record du blé tendre

La campagne 2012/13 a été très précoce. L’essentiel de la pluviométrie ayant été enregistré durant les mois de septembre, octobre et novembre avec 50% des précipitations totales contre 33% en année normale. Cette précocité a permis de réaliser des semis précoces sur 35% de la superficie emblavée par les trois céréales principales. Le volume de semences certifiées commercialisé a atteint 1,3 million de quintaux soit plus de 80% du disponible. La mécanisation quasi généralisée des opérations de labour et de récolte. « Entre 2007/08 et 2012/13, le nombre de tracteurs pour 1.000 ha est passé de 5 à 6,8 tracteurs. Enfin les conditions climatiques en fin de campagne ont été favorables : un mois de mars doux avec une précipitation moyenne record (100 mm), un mois d’avril avec des températures variant en moyenne entre 10 et 25 °C avec un ciel couvert et un mois de mai aux températures clémentes.