Accueil / Non classé / Bilan de santé : le moment ou jamais !

Bilan de santé : le moment ou jamais !

 

Une rentrée sans heurts et sans pleurs

Quand le sang « remonte » vers le cœur…

N’oubliez pas vos yeux !

Eviter 300 000 morts en Afrique grâce à la circoncision ?

Bilan de santé : le moment ou jamais !

Faire un bilan sérieux de votre santé : voilà certainement, au retour du repos estival, une résolution à exploiter sans attendre. Vous êtes en bonne forme physique et morale. Aucun problème ne pourra être mis sur le compte de « la fatigue de l’année »… En outre, il n’est pas nécessaire de passer énormément d’examens pour faire le tour de la question :

–  Pour vos enfants, vous avez fait le point des vaccinations. Attachez-vous maintenant à vérifier que leur développement staturo-pondéral (taille et poids) est correct et qu’ils n’ont pas de troubles de l’audition ni de la vision ; 

–  de 35 à 50 ans, intéressez vous à votre métabolisme : sucre, acide urique ou cholestérol. Et puisque vous avez décidé de vous « remettre au sport », demandez à subir une épreuve d’effort. Et après 50 ans Messieurs, un toucher rectal pour évaluer la santé de votre prostate ; 

–  quant à vous Mesdames, vous ajouterez à cela un « bilan gynécologique » : palpation des seins et mammographie le cas échéant, frottis du col de l’utérus tous les 3 ans si les 2 premiers réalisés à 1 an d’intervalle ont été négatifs. Bonne rentrée !

Une rentrée sans heurts et sans pleurs

De nos jours, la plupart des 2-3 ans sont déjà des « vieux routiers » de la séparation d’avec les parents et de la vie en communauté ! Mais la première vraie rentrée scolaire représente toujours une rupture. L’enfant passe d’un univers très maternant – au mieux la maison avec Maman, le plus souvent une nourrice avec 3 ou 4 « copains »…- à une cour de récréation tumultueuse et bruyante. Les journées sont longues. Vous pouvez l’aider bien sûr. Vous allègerez ses difficultés par votre amour et votre accompagnement. Ne mésestimez pas l’importance de ses problèmes, sans en faire un monde pour autant.

Quand le sang « remonte » vers le cœur…

Nous passons une grande partie de nos journées debout ou assis. Avec les pieds en bas, en tout cas. Or il faut bien que d’une manière ou d’une autre, le sang arrive à « remonter » vers le cœur. Dans le réseau des artères, chaque contraction du cœur propulse le sang. Mais pour les veines qui naissent à partir de tout petits capillaires, il n’y a pas de « pompe ». Dans les jambes et la plante des pieds, la nature a mis en place un ingénieux système. Chaque contraction des muscles lors de la marche appuie sur les parois veineuses et fait remonter le sang.

A l’intérieur des veines, il y a plusieurs étages de valvules qui sont des sortes de clapets en forme de nids de pigeons. Elles s’effacent pour laisser passer le sang veineux propulsé vers le haut. Mais en reprenant leur forme de godet après son passage, elles l’empêchent de redescendre. Voilà pourquoi plus vous faites fonctionner les muscles de vos jambes et plus vous marchez, plus vous facilitez le fonctionnement de vos veines.

N’oubliez pas vos yeux !

Poussière, vent, air sec, pollution, bactéries… Nos yeux subissent de nombreuses agressions. D’où l’importance d’un nettoyage quotidien et méticuleux. Ils doivent faire l’objet d’une vraie toilette. Un exercice à part entière, les paupières et les cils étant très fragiles. Une fois par jour, laverzle bord de vos paupières avec un coton-tige imprégné d’un gel nettoyant spécial. Vous en trouverez facilement chez votre pharmacien.

Attention, le mouvement doit toujours s’effectuer de l’extérieur vers la base du nez, et non en sens inverse. Et cela, pour éviter de décoller la paupière inférieure, avec le risque de faire basculer dans l’œil des peaux présentes sur son rebord. Pensez également aux compresses stériles spécialement conçues pour les bains oculaires. Pratiques, elles nettoient les yeux tout en les soulageant. Un vrai bonheur…

Eviter 300 000 morts en Afrique grâce à la circoncision ?

« En dix ans, la circoncision masculine pourrait empêcher 2 millions d’infections au VIH en Afrique », conclut une étude publiée par la revue spécialisée Plos Medicine. L’information n’est pas nouvelle. Mais c’est la première fois que des chiffres sont avancés. Une équipe de l’OMS, coordonnée par Brian Williams, a analysé le cas de centaines de patients atteints par le VIH en Afrique subsaharienne, centre de la pandémie. Leur objectif, identifier les personnes circoncises afin d’évaluer l’éventuel effet protecteur de l’excision de la peau du prépuce contre le virus du SIDA.

« Par extrapolation, nous avons calculé que si tous les Africains étaient circoncis dans les dix prochaines années, 2 millions de nouvelles infections seraient évitées, ainsi que 300 000 morts », nous a expliqué Brian Williams. Soit tout de même 60% du total des infections !

Pourquoi ? Parce que selon l’INSERM, l’Institut national de la Santé et de la Recherche en France, « la face interne du prépuce est constituée de nombreuses cellules immunitaires très sensibles au VIH. La circoncision permettrait donc de réduire considérablement la surface perméable au VIH ». Mais attention, prévient Brian Williams « la circoncision en tant que telle ne permettra jamais de se protéger contre le VIH, ni même d’enrayer l’épidémie. Ce n’est qu’un moyen supplémentaire, un plus, qui doit impérativement être complété par le port d’un préservatif. »

Destination Santé 

www.destinationsante.com

 

À propos Responsable de publication