Accueil / Actualités / Au Maroc, la lutte anti-corruption devient une affaire d’ONG…

Au Maroc, la lutte anti-corruption devient une affaire d’ONG…

Après révision de ses fiches, le gouvernement de Salah-Eddine Al Othmani annonce une recomposition de la commission nationale de la lutte contre la corruption. Cette annonce, décidée pendant la réunion du dernier conseil de gouvernement du 21 septembre dernier, vient renforcer le rang de cette honorable commission en prévoyant deux sièges à des ONG (organisation non gouvernementale) en tant que membres titulaires sur un mandat s’étalant sur deux années.

Paradoxalement, ce sera au chef gouvernement, Salah-Eddine Al Othmani, de nommer les deux organismes non gouvernementaux par voie de décret, en prévoyant deux autres sièges réservés à la société civile comme le souligne cette modification de loi sur la composition de ladite commission.

Selon plusieurs sources gouvernementales, le bruit court que le tapis rouge est déjà tiré sous les pieds de Transparancy Maroc, cependant, ce sera au chef du gouvernement de trancher par voie de décret, surtout après avoir exclu cette ONG de la représentation de la commission anti-corruption en Juin dernier, au moment où « le gouvernement a décidé de faire cavalier seul… », nous révélait à l’époque Mr Fouad Zirari, le directeur de l’observatoire de la corruption de Transparency Maroc.

Jadis associées sans attribution officielle, les ONG jouiront dès aujourd’hui du statut de membres titulaires à la tête de la commission nationale de la lutte contre la corruption, reste à connaitre les noms des deux heureux élus …

Source : www.lesinfos.ma

À propos Responsable de publication