Accueil / Non classé / Approche participative et gestion des ressources naturelles

Approche participative et gestion des ressources naturelles

 

Etant donné que toute la population du milieu rural utilise les ressources naturelles pour ses fins personnelles et professionnelles, il est important qu’elle soit impliquée pour les gérer d’une façon durable.

Parce que les ressources naturelles concerne tout le monde, tout le monde doit être concerné par sa gestion qui doit devenir une gestion partagée.

La tendance actuelle dans la gestion des ressources est d’intégrer l’ensemble des acteurs dans les projets de développement, ce qui nécessite qu’ils puissent s’exprimer et que leurs propos soient pris en compte. La participation est certe un concept à la mode, très largement utilisé mais que doit-on mettre derrière ce terme de participation et qu’elle idée doit-il véhiculer ?

En effet, la participation permet un apprentissage social, des échanges de savoirs, des retours d’expérience vont émerger de la diversité de la population, ce qui enrichira les débats et accroîtra la capacité de la population à accomplir des tâches communes sur son territoire.

Mais pour que la participation contribue à une dynamique de développement, plusieurs règles doivent être respectées. Parmi ces règles nous pouvons noter la nécessité d’établir un climat de confiance entre ceux qui savent et ceux qui apprennent, de communiquer en tenant compte de la population cible ou de favoriser l’émergence de lieux de rencontre et la création de réseaux d’échange. La mise en œuvre d’une démarche participative doit répondre à des motivations déterminées (pourquoi une approche participative ?), à une population concernée (à qui fera-t-on appel dans une telle procédure ?), à un calendrier (à quel moment la population sera-t-elle sollicitée ?) et à une échelle (au niveau local ou global ?). Quatre niveaux de participation peuvent être distingués, chacun conférant à la population un pouvoir plus ou moins étendu.

L’approche participative est une démarche qui peut être appliquée à tout programme de développement rural. Elle conduit à une gestion concertée des décisions à prendre. Si la sensibilisation porte sur cette thématique, elle vise alors à l’amélioration des conditions de vie des populations tout en assurant le développement des ressources naturelles et leur exploitation, gestion sur une base durable à leur profit. 

Elle tend en réalité à modifier la perception du rôle de chacun des intervenants dans la gestion des ressources naturelles, à proposer un partage de responsabilité entre les différents partenaires. Elle favorise la prise de décision et la prise en charge par les populations des actions destinées à améliorer les conditions d’exploitation des ressources (FAO, 1995).

Ce qu’on peut dire, c’est que l’engagement volontaire, la prise de responsabilité et l’organisation des populations sont des actions indispensables pour la réussite de la réalisation des actions de développement.

Pour conclure, il faut noter que l’engagement actif de la population en milieu rural semble être le moyen le plus approprié pour atteindre les objectifs désirés en matière de gestion des ressources naturelles et que la solution au problème de ces ressources ne doit plus être apportée par les experts mais plutôt recherchée par les bénéficiaires.

Par : Mohamed Chamich