Accueil / Non classé / 60ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

60ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

 

Depuis son adoption en 1948, la Déclaration a été et continue d’être une source d’inspiration des efforts nationaux et internationaux de défense et de protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Un élément essentiel de la protection des droits de l’homme consiste à faire largement connaître et comprendre au public quels sont ses droits et comment ils peuvent être défendus. La Déclaration existe aujourd’hui en 360 langues et est le document le plus traduit au monde – preuve de son caractère et de sa portée universels.

Soixante ans après son adoption, nous rendons hommage à la vision extraordinaire des rédacteurs originaux de la Déclaration et aux nombreux autres défenseurs des droits de l’homme qui, partout dans le monde, ont lutté pour faire de cette vision une réalité.

Dignité et justice pour nous tous

« Dignité et justice pour nous tous » renforce la vision de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH) en tant qu’engagement en faveur de la dignité et de la justice universelles. Il ne s’agit pas là d’un luxe ou d’un vœu pieux. La DUDH et ses valeurs fondamentales – dignité humaine intrinsèque, non-discrimination, égalité, équité et universalité, s’appliquent à tous, en tout temps et en tout lieu. La Déclaration est universelle ; elle perdure, elle est vivante et concerne toute l’humanité.

Engagement

Le processus de rédaction de la DUDH a impliqué des représentants de toutes les régions du monde et s’est inspiré des valeurs, des systèmes de croyance et des traditions politiques de cultures et de sociétés différentes de la planète. D’abord adoptée par des pays du monde entier en tant « qu’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations » la Déclaration a été progressivement acceptée comme représentant les normes fondamentales en matière des droits de l’homme qui devraient être respectées par tous. Aujourd’hui, tous les pays ont accepté la DUDH et réaffirmé leur engagement en faveur des droits fondamentaux qui y sont inscrits.

Au fil des années, cet engagement s’est traduit en une législation qui donne leur définition aux droits de l’homme et leur offre des garanties. Effectivement, la DUDH a inspiré les traités et les déclarations relatifs aux droits de l’homme, ainsi que les conventions régionales et les constitutions nationales. Ce corpus abondant de lois relatives aux droits de l’homme est un contrat entre les gouvernements et leurs peuples, qui ont le droit d’exiger que ce contrat soit respecté. La Déclaration exige également de chaque membre de la société qu’il respecte les droits fondamentaux d’autrui.

Dignité

La DUDH exige de satisfaire les besoins fondamentaux de l’humanité et reconnaît l’indivisibilité et l’interdépendance de l’ensemble des droits de l’homme, qu’ils soient civiques ou politiques, comme par exemple le droit à la vie, et la liberté d’expression ; ou les droits économiques, sociaux et culturels, tels que les droits au travail, à la sécurité sociale et à l’éducation. L’amélioration d’un droit contribue à l’avancement des autres. De même, la privation d’un droit à des effets adverses sur les autres. L’accès aux droits de l’homme et leur réalisation sont essentiels à une vie vécue dans la dignité.

La pertinence continue de la Déclaration prend encore plus de force lorsque nous écoutons les voix de la base. Lorsque la Banque mondiale a fait ses enquêtes « La Voix des pauvres » à la fin des années 90, faisant des interviews avec plus de 80 000 personnes dans des villages et des collectivités locales sur leurs valeurs, leurs besoins et leurs aspirations principales, les résultats ressemblaient à la liste des droits énumérés dans la DUDH.

Justice

La DUDH déclare dans son préambule que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde ». C’était la première déclaration – et elle reste la principale déclaration – des droits et des libertés de tous les êtres humains, sans distinction.

Les principes de base des droits de l’homme énoncés pour la première fois dans la DUDH – universalité, interdépendance et indivisibilité, égalité et non- discrimination. Ces principes sont critiques à la réalisation de la justice. La non-discrimination, par exemple, est devenue l’un des principes intersectoriels du droit relatif aux droits de l’homme. Ce principe, inscrit dans les principaux traités des droits de l’homme, est également le thème central de certaines conventions internationales des droits de l’homme telles que la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et la Convention sur le droits des personnes handicapées.

Les principes de base de la DUDH ont inspiré un corpus abondant de traités internationaux pour le renforcement et la protection des droits de l’homme.

Chacun d’entre nous

La DUDH appartient à chacun d’entre nous. Et où que vous viviez, quel que soit votre niveau de richesse, quelles que soient votre foi ou vos opinions politiques, l’ensemble des droits de l’homme qui figurent dans la Déclaration s’applique à vous et vous concerne. C’est la DUDH qui, il y a près de 60 ans, a été la première à énoncer ce qui constitue désormais des valeurs universelles : les droits de l’homme sont inhérents à tout être humain et concernent la communauté internationale dans son ensemble. Les droits de l’homme sont l’affaire de tous.

Il faut célébrer l’édifice international impressionnant des droits de l’homme dont la DUDH a rendu l’existence possible, mais c’est un édifice dont toute l’humanité ne tire pas encore les mêmes avantages. Chacun d’entre nous, en notre qualité de détenteurs de ces droits, doit s’approprier la DUDH. Si c’est aux gouvernements qu’il incombe en premier lieu de défendre et de protéger tous les droits de l’homme, les acteurs non-étatiques, d’autres responsables et chacun d’entre nous avons tous un rôle important à jouer pour faire de la jouissance universelle des droits de l’homme une réalité. C’est grâce aux efforts concertés du système des Nations Unies, de ses partenaires locaux et internationaux, de l’appropriation nationale et de la participation des peuples de différentes parties du monde que nous pourrons véritablement envisager le concept de « dignité et justice pour tous ».