Accueil / Non classé / 07 avril 2007 : Célébration de la journée mondiale de la santé

07 avril 2007 : Célébration de la journée mondiale de la santé

 

Le samedi 7 avril, la communauté internationale a célèbre la « journée mondiale de la santé ». Le thème retenu cette année par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) est « la sécurité sanitaire internationale ».

A la faveur de cette célébration, le Dr Luis G. Sambo, Directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, a livré un important message sur le thème central sus- indiqué. En voici, de larges extraits.

« Le choix de ce thème est tout indiqué, compte tenu de la menace que fait planer sur la sécurité sanitaire internationale, la résurgence sans précédent de maladies transmissibles telles que le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme, qui vient s’ajouter aux menaces de nouvelles pandémies émergentes telles que la grippe aviaire, le SRAS et d’autres maladies. Le lien et l’interdépendance entre la santé publique et la sécurité sont maintenant plus solidement établis que jamais. Avec la mondialisation accrue, il est à la fois nécessaire et opportun d’en appeler à la communauté internationale pour investir dans la santé, bâtir un avenir plus sûr.

En effet, le monde est devenu un village planétaire caractérisé par une plus grande fluidité dans la circulation des personnes entre pays et continents, à des fins de divertissement ou d’affaires, souvent en quelques heures seulement, contre des jours, voire des mois, il y a juste un siècle.

Mais une telle situation a aussi des revers, malheureusement. Une des conséquences par exemple, est la création d’un terrain fertile à la propagation, en très peu de temps, de maladies infectieuses existantes ou émergentes, qui constituent une menace pour la santé et le bien-être des citoyens de toutes les nations, tant il est vrai, comme on le dit, que « les maladies infectieuses ne connaissent pas de frontières ». Cependant, il n’ y a pas lieu de désespérer. Car, il est possible d’inverser cette tendance, à la condition que tous les États Membres conjuguent leurs efforts et œuvrent de concert, dans un esprit de responsabilité, de transparence et de coopération.

La coopération internationale, pour prévenir les menaces planant sur la santé publique, peut s’affirmer dans le cadre de la mise en œuvre du Règlement sanitaire international (2005) révisé, qui a été adopté lors de la Cinquante- Huitième Assemblée mondiale de la Santé tenue en mai 2005 et qui entrera en vigueur en juin 2007. Le Règlement sanitaire international insiste sur la nécessité d’activités de détection, de confirmation et de recherche précoces, ainsi que d’une riposte rapide à toute urgence de santé publique de préoccupation internationale.

À cette fin, chaque État Membre doit se doter des capacités minimales requises pour mettre en place un système de surveillance des maladies à l’échelle nationale, y compris des services de diagnostic en laboratoire, et renforcer ses capacités de riposte aux épidémies à tous les niveaux du système de santé, avec la participation active des communautés.

Dans la Région africaine, le Règlement sanitaire international sera mis en œuvre dans le cadre du programme de Surveillance intégrée de la Maladie et Riposte, afin de tirer parti des remarquables progrès accomplis jusque-là par les États Membres dans ce domaine.

La menace planant sur la sécurité sanitaire n’est pas limitée à quelques maladies infectieuses. Elle prend aussi la forme de catastrophes naturelles telles que les tsunamis, les tremblements de terre et les inondations, ainsi que de catastrophes causées par l’homme telles que les guerres, les conflits internes et la dégradation de l’environnement. Ces formes de menace peuvent avoir des conséquences dévastatrices sur le plan de la santé publique. Elles ne peuvent être évitées que si toutes les parties concernées œuvrent de concert à l’amélioration de l’état de préparation et de la riposte.

Face aux nombreux défis à relever pour assurer la sécurité sanitaire internationale, la responsabilité primordiale des mesures à mettre en place incombe aux gouvernements. La communauté internationale, la société civile et le secteur privé sont appelés à soutenir les efforts déployés par les gouvernements pour atteindre ce noble objectif. Par le biais des Bureaux régionaux et des Bureaux de Pays, l’Organisation mondiale de la Santé fournira un appui optimal pour rendre le monde et ses régions et pays plus sûrs, en collaborant étroitement avec les États Membres et les autres partenaires.

J’ai noté l’intérêt croissant des pays de la Région africaine et leur engagement de plus en plus ferme à promouvoir systématiquement l’investissement dans la santé, le renforcement des capacités et l’amélioration des systèmes de santé publique, afin de prévenir les menaces émergentes et existantes. Toutefois, il reste encore beaucoup à faire pour mettre en place des systèmes nationaux efficaces de surveillance des maladies, renforcer les capacités des services de laboratoire et lutter contre les épidémies.

Au moment où nous amorçons la mise en œuvre du Règlement sanitaire international (2005) révisé, je voudrais de nouveau exhorter tous les États Membres à accroître l’investissement dans les systèmes de surveillance des maladies et dans le renforcement des capacités de diagnostic en laboratoire et de réponse intersectorielle aux urgences.

Il s’agit là de préoccupations de sécurité liées à la santé publique.

C’est dans cet esprit que j’invite tous les États Membres de la Région africaine à se joindre au reste du monde pour célébrer la Journée mondiale de la Santé 2007, et à redoubler d’efforts pour investir dans la santé et bâtir un avenir plus sûr pour tous ».

(*) Dr Luis G. Sambo est le Directeur régional de l’OMS pour l’Afrique.

 

Source : www.allafrica.com